Villemomble inaugure son arbre de la laïcité

0

Dimanche 20 décembre, sur la place du marché Outrebon, le Maire et les élus se sont réunis pour inaugurer l’arbre de la laïcité. Cette action symbolique permet à la Ville de réaffirmer ce principe tout comme les valeurs de la République. 

À cette occasion, le Maire, Jean-Michel Bluteau, s’est exprimé et son discours est à retrouver ci-dessous : 

« Chers élus, chers villemombloises, chers villemomblois,

Nous sommes réunis ce jour pour commémorer le 115ème anniversaire de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Et je suis particulièrement sensible aujourd’hui à cet anniversaire puisque la Ville de Villemomble s’apprête à inaugurer la plantation d’un arbre de la laïcité, symbole de notre attachement à cette valeur cardinale de notre République. 

Commémorer la laïcité, c’est avant tout reconnaître une particularité française dans le monde. Une particularité bâtie sur des siècles dans un pays unique où l’Etat a construit la Nation, là où la plupart des Nations se sont dotées de leurs Etats. La France est donc un modèle singulier dans lequel l’affirmation du politique prévaut sur toutes autres considérations, ethniques, religieuses, etc… À ce titre, la laïcité n’est pas un concept figé mais une dynamique.

C’est ainsi que sa conception puise, en partie, son origine paradoxalement chez les précurseurs de l’Eglise catholique qui ont inventé la distinction entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, illustrée par la célèbre locution extraite du Nouveau Testament : « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu ». Elle fut ensuite structurée et appliquée par la monarchie gallicane contre la Papauté pour affirmer la souveraineté du Royaume de France. Par la suite, la Révolution française, portée par les idées universalistes des Lumières, a permis l’émergence des combats du XIXème siècle autour des droits fondamentaux de l’individu édictés en 1789. Ainsi la loi de 1905 consacre la séparation des Eglises et de l’Etat. La République assure donc la liberté de conscience de l’individu et garantit « le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public ».

Commémorer la loi de 1905, c’est aussi saluer une loi qui a par la suite pacifié les rapports entre l’Etat et les croyants, ainsi qu’entre les croyants eux-mêmes. Il est vrai que dans son histoire, la France a connu bien des tourments au sujet des religions, elle apparait pour certains comme le pays des guerres de Religion. Historiquement, ces affrontements entre protestants et catholiques, sur fond de querelle franco-espagnole, ont ravagé le pays au XVIème siècle et se sont illustrés par l’épisode tragique du massacre de la Saint-Barthélemy de 1572. Notre pays a connu, hélas, d’autres périodes sinistres. Les Juifs de France ont également été régulièrement menacés pour leurs croyances, de leur expulsion du Royaume de France en 1394 par Charles VI à l’abrogation du décret Crémieux du 7 octobre 1940, sans oublier le rôle du gouvernement de Vichy dans la collaboration avec l’occupant allemand. La loi de 1905 revêt donc un rôle essentiel en France pour ne pas replonger le pays dans les abîmes.

Parfois mal comprise à l’étranger et en France, la laïcité est régulièrement remise en cause par d’autres pays, dont certains alliés de la France. Elle est aussi dénoncée par des pays anti-démocratique aux traditions théocratique et autoritaire. Sur le sol national, elle est aussi combattue par des communautaristes islamiques, ennemis de la démocratie et de notre mode de vie construit autour de l’universalisme des Lumières.

Depuis plusieurs années, la France est régulièrement la cible d’attentats islamistes : les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et du 13 novembre en 2015, l’assassinat du Père Hamel durant la tenue d’un office à l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray, l’attaque à Nice le jour de la fête nationale en 2016, jusqu’à l’égorgement du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre 2020 à la suite d’un cours sur la liberté d’expression. Sans oublier l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice le 29 octobre 2020 qui a coûté la vie à trois innocents. La liste de ces abominations est désespérément longue et illustre les dangers que nous rencontrons. Les terroristes islamistes, auteurs de ces barbaries, tentent de s’attaquer à ce que nous sommes, à nos valeurs héritées par des siècles de lutte en faveur de la liberté et de l’égalité. Ces revendications contre la laïcité, contre la liberté, contre l’égalité doivent nous conduire à une défense indiscutable de la liberté de conscience, de la liberté d’expression, de la liberté de croire ou de ne pas croire.

C’est à travers ce riche héritage acquis de haute lutte et face à la remise en cause de la laïcité, que nous souhaitons défendre les valeurs françaises et aujourd’hui symboliquement inaugurer notre arbre de la laïcité.

Planter cet arbre de la laïcité, c’est donc symboliquement vouloir rappeler le principe de séparation de la sphère publique et de la sphère privée, rappeler le libre exercice des cultes, rappeler que sous aucunes formes d’intimidations que ce soient nous ne transigerons avec ce que nous sommes, des femmes et des hommes libres.

Je vous remercie. »

Jean-Michel Bluteau

Maire de Villemomble 

Les commentaires sont clos.